Voir(e). Graver d’après le Caravage

Graver d’après « La corbeille de fruits » (Bibliothèque ambrosienne, Milan)

Projet commun avec Caroline Sebilleau. En cours.

En parallèle, j’ai développé une petite série en utilisant un ensemble de plaques de zinc de petites dimensions (15 par 15 cm) destinées à tester diverses solutions à des problèmes techniques.

Le Caravage saisit les fruits et les feuilles juste avant qu’ils ne « tournent » : qu’ils deviennent trop mûrs ou qu’elles deviennent trop sèches. Il les saisit sans emphase, avec rigueur et sécheresse. Qu’on compare sa Corbeille avec les vanités flamandes où les végétaux s’exhibent, impudiques de couleurs et dégoulinant de sucs, de rosée et de gourmandise. Qu’on la compare, à l’inverse, aux Pommes des natures mortes de Cézanne qui sont pleines d’une présence contenue comme si elles étaient enceintes d’elles-mêmes. Le Caravage les saisit « à plat »: fruits et feuilles « ne tournent pas » (comme le remarque Michel Butor dans une étude remarquable).  Corbeille, fruits et feuilles sont disposés sur des plans parallèles au plan du tableau sans construction d’une profondeur perspective. C’est ce que j’ai essayé d’explorer formellement avec mes plaques d’essais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Graver d’après « La conversion de Saint Paul »

Livret : Voir(e). D’après la Conversion de Saint Paul

 

 

 

Matrice sérigraphiée (exposée aux Journées de l’estampe contemporaine)

2. Quelques unes des estampes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autoportrait d’après Matthieu et l’ange

Livret :L’ange, le tabouret et moi